Qualité de vie

 

La qualité de vie à Saint-Aimé-des-Lacs, ce n’est pas seulement la proximité de la nature, la beauté des paysages, la possibilité d’y mener une vie saine et sportive. Tout cela compte bien sûr et a son importance.

 

Mais Saint-Aimé-des-Lacs, c’est également une municipalité où la qualité des services de proximité permet aux résidents et aux villégiateurs de mener une vie agréable, de se sentir en sécurité, de pouvoir rester en contact avec le reste du monde sans avoir à souffrir l’entassement et la précipitation des grandes villes. De nombreuses auberges peuvent accueillir touristes et visiteurs.

 

Permanents ou de passage, les résidents de Saint-Aimé ont facilement accès à des services d’alimentation et à une Caisse populaire.  L’école Beau-Soleil accueille les élèves du pré-scolaire et des 1er, 2e et 3e cycles du primaire.  La bibliothèque municipale est ouverte à tous et les mordus de l’internet peuvent bénéficier d’une liaison haute-vitesse. Les infrastructures de loisirs et de sports que constituent le parc des Hautes-Gorges-de- la Rivière-Malbaie, la base de plein air, la piste cyclable, la plage municipale, les terrains de camping favorisent la communion avec la nature et la pratique de nombreux sports. En cas d’urgence, pompiers et ambulances sont au service de la population.

 

 

Environnement

 

La protection de l’environnement constitue une haute priorité. En effet, l’un des lacs de la municipalité, le lac Nairne, a commencé à montrer des signes d’eutrophisation en 2002. Au mois d’août, on a assisté à une mortalité massive d’ombles de fontaine (Salvelinus fontinalis) et d’ombles chevalier dulcicole.  Diverses analyses ont permis d’identifier des causes environnementales à cette mortalité massive. En effet, la température élevée des eaux de surface jumelée à l’absence d’oxygène en profondeur ont eu comme conséquence la migration des ombles, à la recherche d’eaux plus froides et mieux oxygénées, vers les tributaires du lac. Cette concentration de poissons leur a été néfaste. Les pertes ont été très élevées de telle sorte que le ministère du Développement durable, de l’environnement et de la faune a interdit la pêche en période hivernale en raison de la présence de l’omble chevalier, espèce particulièrement sensible à la pêche à cette période.

 

L’eutrophisation du lac Nairne a été confirmée peu de temps après la mortalité de poissons du mois d’août. Le mois suivant, en septembre, le lac connaissait sa première floraison d’eau. Les algues bleu-vert, ou cyanobactéries, et la mortalité de poissons ont suscité une prise de conscience chez les riverains du lac Nairne et les résidents de la municipalité dequant à l’urgence de préserver les ressources notamment lacustres de Saint-Aimé-des- Lacs.

 

Afin de contrer l’eutrophisation du lac Nairne et d’en redonner les usages11 Il convient de noter que suite à la mortalité de poissons et aux fleurs d’eaux de septembre 2002, la Régie régionale de la santé et des services sociaux a émis, dès le 23 août, des avis de non-consommation et de non-utilisation des eaux du lac. En outre Faune et Parcs a interdit, le 3 décembre 2002, la pêche hivernale au lac Nairne.  à la population, l’Association pour la protection du lac Nairne inc a présenté, le 7 août 2002, à ses membres rassemblés en assemblée générale annuelle, ses propositions d’interventions. Ce plan a été déposé le 4 septembre 2002 au Conseil muncicipal de Saint-Aimé-des-Lacs. Il propose :

  

Pour la municipalité de Saint-Aimé-des-Lacs :

  

  • la caractérisation des systèmes sanitaires des résidences isolées du bassin versant du lac Nairne;

  • la mise à niveau des systèmes inefficaces ou non conformes aux normes gouvernementales,  et,

  • la gestion de la vidange périodique des systèmes sanitaires des résidences isolées22 La municipalité de Saint-Aimé-des-Lacs s’est engagée dans un programme de mise à niveau et de gestion des systèmes sanitaires du bassin versant. .

 

 

Pour les riverains du lac Nairne :

  

  • La re-naturalisation des rives du lac Nairne

 

 

Pour les acteurs du secteur agricole :

  

  • L’identification des pratiques agricoles ;

  • La vérification de la conformité de ces pratiques aux normes gouvernementales et,

  • La mise à niveau des équipements ou les modifications des pratiques environnementales le cas échéant.

 

Depuis lors, l’ensemble des initiatives présentées dans ce plan a été réalisé et plus de 675 000,00$ ont été investis au lac Nairne comme le signale le tableau ci- dessous. Les travaux de terrain ne sont pas pour autant terminés. L’introduction de règlements en 2008 comme ceux sur la renaturalisation obligatoire des berges du lac ou celui sur l’abattage des arbres complèteront les efforts de protection du lac Nairne.

 

 

Documents connexes  :

 

Diagnose écologique du lac Nairne réalisé en 2005

 

Bilan du suivi limnologique et recommandations pour freiner l’eutrophisation accélérée du lac Nairne et minimiser l’impact de ses symptômes pour les villégiateurs. Décembre 2005

 

DIAGNOSE ÉCOLOGIQUE SOMMAIRE DE LACS DU TERRITOIRE DE SAINT-AIMÉ-DES-LACS - 1er octobre 2007

 

Eutrophisation du lac Nairne

 

Arbustes

 

Renaturalisation des rives

 

 

À compter de 2008, les règlements de préservation de la qualité des eaux s’appliqueront également aux autres lacs de villégiature de la municipalité. Bien que ces lacs ne montrent pas encore de signes d’eutrophisation, la municipalité, qui souscrit aux principes de développement durable, s’engage résolument à prévenir plutôt qu’à résoudre sur le tard les problèmes induits par l’eutrophisation.

 

 

1-  Il convient de noter que suite à la mortalité de poissons et aux fleurs d’eaux de septembre 2002, la Régie régionale de la santé et des services sociaux a émis, dès le 23 août, des avis de non-consommation et de non-utilisation des eaux du lac. En outre Faune et Parcs a interdit, le 3 décembre 2002, la pêche hivernale au lac Nairne.

 

2- La municipalité de Saint-Aimé-des-Lacs s’est engagée dans un programme de mise à niveau et de gestion des systèmes sanitaires du bassin versant.